Validation d’un plan national de protection des enfants sur Internet

 

 

Un Plan national de protection des enfants sur Internet a été validé mercredi à Dakar, au cours d’un atelier regroupant la Cellule d’appui à la protection de l’enfance (CAPE) et certains départements ministériels concernés par cette problématique.
Cette rencontre, à laquelle participaient le ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Économie numérique, ainsi que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), est l’aboutissement d’un processus démarré en février 2015 par la tenue d’une rencontre d’information et de partage sur la protection des enfants en ligne.
Ce processus s’est poursuivi par la mise sur pied d’un groupe de travail chargé d’élaborer un plan d’actions communes, avec l’implication de divers acteurs, à savoir pouvoirs publics, secteur privé, société civile, éducateurs, parents et enfants.
Il s’agit de « mieux garantir aux enfants un environnement « Internet » sûr et sécurisé », a souligné Souleymane Diallo, directeur de cabinet du ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Économie numérique.
« Tous les acteurs et partenaires concernés seront mis à contribution pour réfléchir et partager leurs expériences et bonnes pratiques et surtout dégager ensemble les perspectives juridiques, techniques et organisationnelles », a rappelé M. Diallo.
« Avec plus de 4 milliard d’utilisateurs, Internet constitue un univers dynamique incroyable aux potentialités quasi infinies, capable de répondre aux grandes problématiques de la société (accès à l’information, au savoir et aux services socio-économique tels que l’apprentissage en ligne, les transactions électronique etc. », a-t-il indiqué.
Mais, a-t-il ajouté, dans le même temps, « les risques liés à la « cyber sécurité » ne cessent de croître tant au niveau national qu’international, notamment les tentatives d’escroquerie, d’usurpation d’identité et piratage de comptes, le cyber-harcèlement, l’exposition des enfants à des images choquantes ».
Dans ce contexte, la protection des enfants sur Internet « est une initiative qu’il faut saluer de la part du gouvernement », a relevé la représentante de l’UNICEF au Sénégal Laylee Moshiri.
Les enfants « ont besoin de protection mais dans le domaine de l’Internet, il y a des risques, donc cette initiative vise à diminuer ses risques et diminuer l’exposition des enfants au danger que pose l’Internet », a-t-elle indiqué.
Or, les enfants « ont de plus en plus accès » à Internet, a indiqué Mme Moshiri, notant la nécessité de prendre davantage en considération les risques inhérents à un plus grand accès des enfants au web.
Le plan d’action ainsi validé par le Sénégal « est une initiative d’une importance capitale », a estimé la coordinatrice de la Cellule d’appui à la protection de l’enfance (CAPE), Ramatoulaye Ndao Diouf.
La CAPE compte dans ce cadre associer medias et les fournisseurs d’accès à Internet, pour qu’ils participent davantage dans la protection des enfants, a indiqué Mme Diouf.
« Les enfants peuvent rencontrer beaucoup de personnes malintentionnées sur Internet et ils peuvent aussi y voir des images choquantes qui peuvent avoir des conséquences néfastes sur leur vie’’, fait-elle valoir, avant d’appeler « à la sensibilisation et à la responsabilité des parents, car les enfants doivent être protégés ».
0 Comment

Send a Comment

Your email address will not be published.