IRAK : MOSSOUL ENFIN LIBEREE ?

« La victoire est certaine, et les derniers djihadistes sont encerclés (…) c’est une question de temps pour nous avant d’annoncer la grande victoire à notre peuple ».  C’est en ces termes que le premier ministre irakien  , Haïder Al-Abadi annonce ce dimanche 09 juillet  la victoire de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis sur l’Etat Islamique ( EI ) qui avait fait de Mossoul sa capitale pour l’instauration d’un  califat sur les territoires conquis. Cette note de satisfaction est aussi partagée par d’autres  puissances engagées dans la coalition à l’image de la France ou de la Grande-Bretagne. Dans un twitte, le Président français  Emmanuelle macron  écrit « Mossoul libérée de Daech : hommage de la France à tous ceux, avec nos troupes, qui ont contribué à cette victoire »

Rappelons que la reconquête de la deuxième ville d’Irak par les forces irakiennes  a  commencé en octobre 2016 sous l’égide de la coalition susmentionnée alors meme que l’EI  y avait installé sa base depuis 2014.

Pour autant, meme si l’on peut se féliciter de  l’importance stratégique de cette reconquête, il ne serait pas incongru de nourrir  quelques réserves  quand on sait que l’EI contrôle toujours certaines villes  stratégiques  comme Tal a Affar  ,  Hawija , certaines parties de la province d’Al anbar  ainsi que des  territoires autour  de la vallée de l’Euphrate.

L’autre aspect qu’il sied de mentionner, ce sont  les tensions interconfessionnelles qui minent l’Irak  opposant sunnites , chiites et kurdes . Cet imbroglio communautaire n’est guère  favorable  à une accalmie et  est à meme de faciliter un redéploiement des forces de Daesch dans la région.

A cela , il faut ajouter le lourd bilan humanitaire occasionné par la guerre contre les troupes djihadistes qui a occasionné d’énormes préjudices le plus souvent à l’encontre de civils pris entre deux feux.

Ce triomphalisme  béat devant une victoire certes stratégique mais reposant sur un substrat précaire commande donc , de la part des autorités irakiennes et des parties engagées dans le conflit contre Daesch , une vigilance constante. Cette prudence est d’autant plus justifiée que  l’EI  , en dépit l’ « assurance conceptuelle » que présuppose cet acronyme relayée par  le conformisme d’une certaine terminologie médiatique, n’en reste pas moins une nébuleuse  , par nature, difficilement identifiable . Comme pour dire , on peut gagner une bataille , mais…

Modou MBAYE

0 Comment

Send a Comment

Your email address will not be published.